Hatem Mrad

Président

Hatem M’rad est Professeur agrégé de science politique à la Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de Tunis (Université de Carthage). Il est Président-Fondateur de l’Association Tunisienne d’Etudes Politiques depuis 2010. Membre de l’Association Française de Science Politique en 2010 et 2011. Membre élu du Comité Exécutif de l’International Political Science Association (IPSA-AISP). Elu Directeur de département de droit public et de science politique pour deux mandats successifs de 2005 à 2011. Membre du Conseil scientifique depuis 2005. Il dirige depuis 2012 un master de science politique. Il est Directeur de l’Ecole Doctorale depuis 2012. Il s’intéresse aux questions relatives au libéralisme, à l’opinion publique, aux partis politiques, à la gouvernance, ainsi qu’aux questions relatives à la politique tunisienne, à la transition et au printemps arabe. Il a publié plusieurs ouvrages : Place de la procédure dans la diplomatie multilatérale, sa thèse de doctorat (2001), L’opinion publique mondiale (2006), Libéralisme et adversité (2008), Libéralisme et liberté dans le monde arabo-musulman (2011), Tunisie : de la révolution à la constitution (2014) ; Le déficit démocratique de l’après-indépendance (2014). Il a publié sous sa direction Gouvernance et institutions publiques (2008), Le libéralisme et les nouvelles contraintes de l’action publique (2010), et en co-direction avec F.Moussa, La transition démocratique à la lumière des expériences comparées( 2012). Il a été Professeur invité à l’Université de Lyon III, à l’Université de Toulouse Capitole 1, à l’Université d’Aix-Marseille, à l’Institut d’Etudes Politiques de Bordeaux, * à l’Université de Paris-Sud XI, à l’Université de Gand en Belgique. Il collabore avec le journal numérique françaisLe Courrier de l Atlas.

Maryam Ben Salem

Vice-présidente

Maryam Ben Salem est actuellement Maître-assistant en sciences politiques à la Faculté de Droit et de sciences politiques de Sousse. Elle est titulaire d’un DEA en sciences politique de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth et d’un Doctorat en sciences politiques de l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne. De 2009 à 2014, elle a travaillé comme chercheur politologue ai sein du Centre de la Femme Arabe pour la formation et la Recherche –CAWTAR-. Ses travaux de recherche portent sur l’islam politique, la participation politique, la participation électorale et le genre. Elle a publié plusieurs articles, contributions à des ouvrages collectifs et recherches dont : « Le chercheur face à son objet : connaissance de soi, reconnaissance et production de la connaissance », in : Sihem Najar, Lilia Othman Challougui (dir.), Ecrire sur les femmes : retour réflexif sur une expérience de recherche, coll. Socio-anthropologie des mondes méditerranéens, CAWTAR-IRMC-L’Harmattan / « Téléprédication et port du voile en Tunisie », Social Compass, special issue: Religion in a consumer Society, n° 58, vol.3, 2011 / Jeunes femmes vulnérables et politique en Tunisie. Enquête qualitative à Gafsa, Kasserine et Tozeur, Tunis, CAWTAR & UNESCO, 2013. Elle a été membre de l’Association française de Science politique et de l’Association internationale de Science politique de 2008 à 2009.

Khaled Mejri

Secrétaire général

Khaled MEJRI est docteur en droit. Auteur d’une thèse sur « Le droit international humanitaire dans la jurisprudence internationale », il est assistant universitaire à la Faculté des Sciences Juridiques, Politiques et Sociale de Tunis. Il est également le Secrétaire général de l’Association Tunisienne d’Etudes Politiques,ancien membre de la Commission nationale d’investigation sur la corruption et la malversation et membre au directoire du Laboratoire de recherche sur le droit communautaire et les relations Maghreb-Europe (FSJPST). Ses travaux de recherche touchent notamment au droit international, au droit constitutionnel, au droit administratif et à la science politique. Outre les articles de recherche, il a publié Guantanamo ou le droit tragique. Le statut juridique des détenus du 11 septembre (Tunis, 2006). Il est également poète, et à ce titre, il est l’auteur de recueils de poésies couronnés au niveau national ainsi qu’au niveau du monde arabe.

Belhassen Ennouri

Secrétaire général adjoint

BelhassenEnnouri, né en 1985, avocat à la cour d’appel, inscrit dans le tableau des avocats tunisiens depuis 2012. Actuellement, il est doctorant en science politique à l’université de Carthage. Il a obtenu son diplôme de master en droit (en langue anglaise). Il est également titulaire du diplôme DELE en langue espagnole de l’institut Cervantès. Très actif dans la société civile tunisienne et internationale, il a été nommé ambassadeur de la jeunesse pour la paix et le dialogue entre les cultures en Istanbul en 2013, et il a représenté le continent africain dans la conférence mondiale sur l’article 9 de la constitution japonaise, à Osaka, 2013. Il s’intéresse à la question de la démocratie, l’Etat de droit, la légitimité et les élections dans le monde arabe, et il participe souvent dans des conférences se rapportant sur ces thèmes en Tunisie et ailleurs.

Moez Charfeddine

Trésorier

Moez Charfeddine est enseignant chercheur en droit public et sciences politique à la Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de Tunis. Il est titulaire d’une maîtrise en sciences juridiques (2002) d’un master en droit communautaire et relations Maghreb/Europe (2004) et du diplôme national d’aptitude à la profession d’avocat (2005). Il est également membre du Laboratoire de recherches en Droit communautaire & relations Maghreb Europe, à la Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de Tunis. Auteur d’un ouvrage intitulé « L’Europe politique & le renouveau du principe démocratique, éditions Miskiliani, collection « champ de vision », 2007. Il publia également plusieurs articles dont notamment : « La Tunisie & le voisinage de l’Europe élargie », Revue du Marché commun et de l’Union européenne, n°489/ juin 2005 ; « La gouvernance de la toile : entre la recherche du multilatéralisme et la consécration d’une cyberdémocratie », in. Gouvernance & institutions publiques, Presse universitaire de Toulouse, 2008. ; « La question des indépendants à la veille des élections de l’Assemblée nationale constituante », Série les IIèmes conférences de l’ATEP, octobre 2011, pp. 29-35. ; « Mutations de l’islamisme politique algérien », Série VIèmes conférences de l’ATEP, septembre 2012, pp.125-141. Et « Violence politique et milices : le cas des ligues de protection de la révolution », Série IVèmes conférences de l’ATEP, juin 2013. Il est membre du bureau de l’Association Tunisienne d’Etudes politiques (ATEP) en la qualité de trésorier.

Jinan Limam

Trésorier adjoint

Assistante de l enseignement supérieur à la Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de Tunis, spécialisée en droit public. Elle est membre du bureau de l Association Tunisienne d’Etudes Politiques, de l Association tunisienne de défense des libertés individuelles et de l Association tunisienne pour la promotion de la science, de la technologie et de l innovation. Ses principaux centres d intérêt et objets de recherche sont la gouvernance démocratique et l égalité des genres. Elle a publié entre autres des études sur " L accord d association Tunisie-Union européenne et le processus démocratique en Tunisie" in Le dialogue interculturel et la citoyenneté (sous la direction Xuereb (P.), Centre de recherche et de documentation européenne, Malte, 2004. Organisation administrative en Tunisie, Centre de recherche et d études parlementaires, Tunisie, 2010, « Ce n est pas encore le printemps pour les femmes tunisiennes », VIIème Conférences de l’ATEP, La contre-révolution, Décembre 2013. Elle est consultante auprès du PNUD - Tunisie pour le projet « Processus constituant et parlementaire en Tunisie » (2012-2013) et au Programme de VNG International / CILG Tunisie pour le projet « La promotion de la gouvernance locale dans la région MENA » (2012-jusqu’à présent). En Libye, elle a travaillé en 2012 en tant que consultante auprès du PNUD dans le cadre du projet « Assistance électorale aux femmes candidates aux élections du Congrès national ». Elle collabore actuellement avec le PNUD et la MANUL - Libye dans les projets : «Assistance au processus constituant » et « Etat de droit et accès à la justice ".

Mouldi Lahmer

Mouldi Lahmarest actuellement maître de conférences à la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis. Il a fait ses études supérieures à l’EHESS à Paris où il a préparé son doctorat en sociologie rurale. Il est également Docteur d’Etat en sociologie politique. Président de la Commission de Thèse et d’Habilitation en sociologie (Université de Tunis) 2012-2014, il est également membre du Conseil d’Administration du Centre National de Traduction et membre du comité de rédaction de la revue Les Cahier de Tunisie. Se situant dans ses recherches à la croisée de la sociologie, de l’anthropologie et de l’histoire, il a publié plusieurs livres et dirigé plusieurs recherches dont, notamment, du mouton à l’olivier, essai sur les transformations des campagnes maghrébines/les origines sociales de l’Etat moderne en Libye : individus, groupements politiques et leaders / Mohamed Sayyeh : l’acteur et le témoin/Sur la révolution : Tunisie et Libye/la révolution tunisienne : le détonateur local sous la coupe des sciences humaines (s/d).

Hana Ben Abda

Enseignante en droit public à la Facultés des sciences juridiques, économiques et de Gestion de Jendouba. Elle est membre du bureau exécutif de l’Association Tunisienne d’Etudes Politiques et de l’Association Tunisienne de Droit Constitutionnel.A enseigné à la Faculté des Sciences Juridiques, Politiques et Sociales de Tunis et à l’École Nationale de l Administration de Tunis. Diplômée de l Université de Carthage-Tunisie et l Université Paul Cézanne, Aix-Marseille III, elle prépare une thèse sur « Le droit international et les changements politiques ». Experte auprès de l UNESCO en matière d’éducation à la démocratie et droits de l’Homme et de l Institut Arabe des Droits de l Homme et a participé à la réalisation de trois ouvrages qui traitent du « Citoyen et services de sécurité en Tunisie» (2014). Elle s’intéresse aux questions relatives aux changements et transitions politiques, à la politique en Egypte, à l’islam politique dans le monde arabe.

Abir Fares

juriste diplômée de la faculté des sciences juridiques politiques et sociales de Tunis en droit public et financier, elle entame parallèlement à ses études de droit une carrière dans les médias.Faisant ses premiers pas au magazine l’Expression, elle adopte rapidement les médias électroniques pour collaborer à la rédaction de plusieurs portails dont principalement Tuniscope.com, un des sites généralistes les plus visités en Tunisie. En 2012 et en pleine période post-révolution, elle cofonde Tunisie.co, premier portail traitant de l’information touristique et culturelle. Parallèlement à ses activités, elle participe à plusieurs manifestations internationales et enrichit son parcours par la gestion de plusieurs projets de communication, publicité et relations publiques.

Raef Jerad

Raef Jerad est actuellement assistant à la Faculté de Droit et des Sciences Politiques de Sousse. Il est titulaire d’une maîtrise en Droit (2006), d’un master en science politique (2009), et du diplôme de Fin d’Études au Cycle supérieur de l’École Nationale d’Administration de Tunis (2012). Il prépare une thèse en science politique à l’université de Carthage. Il a effectué plusieurs stages et formations auprès d’organismes nationaux et internationaux, dont notamment l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration sous l’égide de l’ENA de Paris (2012) et la Cour constitutionnelle fédérale et le Tribunal administratif fédéral d’Allemagne (2014). Il est l’auteur de plusieurs travaux de recherche : « Politiques de l’identité nationale en Tunisie » (FSPST, 2009), « Les associations d’encadrement des personnes handicapées dans le Gouvernorat de Sfax » (ENA de Tunis, 2010), « Autopsie du phénomène migratoire tunisien : entre "rationalité" de l’émigré et pragmatisme politique » (ENA de Tunis, 2011), « Les aides au retour et à la réinsertion : pour une jonction entre l’humanitaire et le développement solidaire » (ENA de Paris, 2012), et « L’Administration tunisienne postrévolutionnaire : l’institutionnalisation de la neutralité politique, condition du renouveau managérial » (ENA de Tunis, 2012). Il a publié également des articles dont notamment : « Les répercussions managériales de la politisation de l’Administration en Tunisie », in La contre-révolution, Vèmes Conférences de l’ATEP, 2013, et « De l’institutionnalisation de la neutralité politique de l’Administration en Tunisie », in La violence politique, VIèmes Conférences de l’ATEP, 2014. Il s’intéresse aux questions relatives à l’Administration publique, aux politiques publiques, à la sociologie de l’action publique, ainsi qu’à l’émigration/immigration. Il a obtenu le Prix du Président de la République à l’occasion de la célébration de la journée du savoir en 2013.